Qui est Jane Jacobs?

Jane Jacobs (1916-2006) était une urbaniste et une activiste dont les écrits plaidaient en faveur d'une démarche originale et communautaire pour comprendre, organiser, concevoir et construire les villes. Elle plaçait la marche au cœur des déplacements en ville. Sa vision valorise l’expertise citoyenne, l’histoire et la symbolique des lieux, de même que le réseautage communautaire. Bien qu’elle n'avait pas de formation officielle en aménagement, son livre de 1961, The Death and Life of Great American Cities, et les suivants furent des succès.

Après le décès de Jane Jacobs en 2006, un groupe d’amis a eu l’idée d’instaurer une promenade de Jane pour honorer ses idées et ce qu’elle nous a légué. Les promenades de Jane ont été inaugurées le 5 mai 2007 à Toronto et sont tenues dans plus de 200 villes autour du monde.

Les dix principes de Jane

  • 1

    Les yeux sur la rue : La circulation piétonne tout au long de la journée, et les yeux vigilants qui viennent avec elle, améliore la sécurité des rues de la ville.


  • 2

    Le capital social : Les activités et les interactions quotidiennes qui se produisent dans un quartier construisent lentement un réseau de relations entre voisins. Ce «capital social» fournit une base pour la confiance mutuelle, les efforts partagés et la résilience en période de difficultés.


  • 3

    Les générateurs de diversité : Quatre facteurs de planification urbaine et de conception contribuent à rendre la ville diversifiée, sûre, sociale, pratique et économiquement dynamique:

    • Usages mixtes : Un mélange de toutes sortes de résidences, lieux de travail et magasins amène les gens dans la rue à toute heure de la journée.
    • Bâtiments vieillissants : Les bâtiments délabrés fournissent un espace bon marché pour les nouvelles entreprises et autres entreprises à faible ou sans but lucratif.
    • Petits blocs urbains : Un réseau de rue plus dense signifie plus de possibilités pour le commerce de détail et plus de chances pour les gens de rencontrer leurs voisins.
    • Densité de la population : En termes simples, vous avez besoin de beaucoup de gens dans une petite région pour utiliser suffisamment les rues, les parcs et les entreprises d'une ville.

  • 4

    La forme suit toujours la fonction : les modes et les technologies vont et viennent, mais ce qui reste toujours pertinent sont les innombrables façons dont les gens utilisent la ville.


  • 5

    Économie locale : La croissance économique, qu'elle soit locale, nationale ou mondiale, repose sur la capacité des économies urbaines de se prévaloir amplement et diversement, plutôt que de s'en remettre aux importations


  • 6

    Innovation : Plus la diversité du travail existant dans une économie locale, est grande, plus il y a d'opportunités d'ajouter de nouveaux travaux et de recombiner de nouveaux emplois.


  • 7

    Faire beaucoup de petits plans : La diversité d'un bon quartier ne peut être atteinte que lorsque nous permettons à beaucoup de personnes différentes de poursuivre leurs propres petits plans, individuellement et collectivement.


  • 8

    Les fonds progressifs : Les divers petits plans et les nouveaux types de travail exigent de nombreuses sources d'argent disponibles sur une base continue.


  • 9

    Les villes comme complexité organisée : les villes fonctionnent comme des écosystèmes. Tout est relié à tout le reste dans des manières complexes et particulières qui ne peuvent pas être bien saisies par des statistiques ou des formules.


  • 10

    Science citoyenne : Les personnes les mieux équipées pour comprendre la complexité urbaine sont des «citoyens ordinaires et intéressés». Sans les hypothèses qui viennent souvent avec la formation professionnelle, les utilisateurs quotidiens de la ville peuvent apprendre plus librement de ce qu'ils voient et expérimentent de première main.


The Death and Life of Great American Cities (Déclin et survie des grandes villes américaines) est un vibrant plaidoyer pour la diversité et la vitalité urbaines, paru en 1961. L’ouvrage sur l’urbanisme continue de rencontrer un accueil exceptionnel auprès du grand public et d'alimenter les controverses autour des visions parfois opposées entre usagers de la ville et professionnels.
En savoir plus